La durée bergsonienne comme nombre et comme morale Réponse

Dans cette thèse en vue de l ‘obtention du Doctorat de l’Université de Toulouse, Sébastien Miravète se propose de revisiter le concept principal de la philosophie de Bergson : la durée. Premièrement, la durée est un nombre spécial. Jankélévitch et Deleuze pensent que la durée de la conscience a seulement des propriétés qualitatives, mais, en fait, le temps réel pour Bergson n’est pas une forme dépourvue de dimension numérique. Secondement, la signification de la durée est morale. Deleuze et Henri Gouhier pensent que la finalité de la vie, pour Bergson, est l’innovation, la création (amour de la création), mais, en fait, la finalité de la vie est la construction d’une société fraternelle (création de l’amour).

SÉBASTIEN MIRAVÈTE, est membre du laboratoire de philosophie Erraphis, chargé de cours en philosophie à l’Université Toulouse II, docteur en philosophie, professeur des écoles, licencié en mathématiques et en sciences cognitives, membre de la Société des Amis de Bergson. Il poursuit ses recherches en philosophie (articles, conférences, etc.) et prépare actuellement en parallèle une thèse en psychologie cognitive sous la direction d’André Tricot (co-direction Franck Amadieu). Ses travaux en psychologie et en philosophie portent sur les concepts de nombre et de création, et sur leur relation.

Télécharger le document


Pages connexes :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s