La Cousine Bette – Résumé Réponse

Balzac

La Cousine Bette

Résumé

Trois parties distinctes composent La Cousine Bette. Après une assez longue introduction qui met en place les personnages et fait démarrer l’intrigue, le milieu du roman expose de façon précise les événements principaux dans quelques grandes scènes. Puis une troisième partie raconte, de façon assez rapide, le rétablissement de la situation des Hulot. Pour comprendre la construction du roman, il faut être attentif à l’alternance entre les scènes racontées en détail et les longues périodes temporelles résumées par le narrateur [*].


Sommaire
 1. L’exposition  2. Les événements  3. Le dénouement
  1.1 Chap. 1 à 3  2.1 Chap. 15 à 17  3.1 Chap. 32 à 34
  1.2 Chap. 4 à 7  2.2 Chap. 18 à 20  3.2 Chap. 35 à 37
 1.3 Chap. 8 à 9  2.3 Chap. 21 à 25  3.3 Chap. 38
  1.4 Chap. 10 à 14  2.4 Chap. 26 à 29
 2.5 Chap. 30 à 31


1. L’exposition

Chapitres 1 à 3 : grande scène chez les Hulot, exposition

Crevel, un parvenu en visite chez les Hulot, essaie de séduire la maîtresse de maison, Adeline, car il veut se venger du baron Hulot qui lui a « volé » la femme qu’il entretenait, Josépha. La famille est ruinée par les dépenses de Hulot pour entretenir des courtisanes : sa fille, Hortense, risque de ne pas pouvoir se marier car son père n’a pas de quoi lui constituer une dot.

Adeline vient d’une famille de paysans de Lorraine et elle a épousé Hulot, un militaire de l’Empire. Elle vit dans le souvenir de l’amour que lui a porté son mari pendant dix ans, avant de mener une vie dissolue.

⇑ Sommaire

Chapitres 4 à 7 : l’histoire de Bette et de Wenceslas

Hortense taquine Bette, une vieille cousine célibataire d’Adeline, qui prétend qu’elle a un amoureux et en montre  pour preuve à Hortense une jolie petite sculpture.

En fait, Bette a sauvé trois ans auparavant un jeune Polonais, Wenceslas Steinbock, qui avait tenté de se suicider. Depuis, bien que ses sentiments pour lui soient ambigus, elle l’a traité comme son fils : elle l’a nourri, forcé à travailler et à développer ses talents artistiques ; en même temps, elle a cherché des garanties financières, car elle a dépensé toutes ses économies pour lui.

⇑ Sommaire

Chapitres 8 à 9 : début des deux intrigues amoureuses

Hortense, fascinée par le prétendu amoureux de sa cousine, va avec son père chez un antiquaire. Elle y achète une grande sculpture de Wenceslas et le rencontre : ils tombent amoureux l’un de l’autre. Hortense prévient ses parents qu’elle veut épouser le jeune sculpteur. Ce coup de foudre de leur fille les arrange car ce mariage résoudra le problème de la dot de la jeune fille. Wenceslas commence à aller régulièrement chez les Hulot, en le cachant à Bette. Grâce à l’influence dans le monde du baron Hulot, il connaît un certain succès.

Hulot est quitté par sa maîtresse Josépha. Il décide alors de séduire Valérie Marneffe, une bourgeoise mariée, voisine de Bette. La jeune femme, très rusée, exige de son amoureux transi de nombreux privilèges avant de lui accorder ses faveurs. En effet, Hulot est le supérieur hiérarchique de son mari et peut lui faire obtenir une promotion à la fois financière et professionnelle.

⇑ Sommaire

Chapitres 10 à 14 : vœu de vengeance de Bette et double union

 Mme Marneffe annonce à Bette le futur mariage d’Hortense et de Wenceslas, que la famille Hulot lui a caché, par peur de sa réaction. Bette, folle de rage, jure la ruine de sa cousine, et conclut un pacte d’amitié et de collaboration avec Mme Marneffe.

Bette va raconter à Crevel où en sont les amours de Hulot, pour attiser sa jalousie et le pousser à séduire lui aussi Valérie Marneffe. La vieille fille a ensuite une grande dispute avec Wenceslas (qui refuse de l’épouser), et elle le fait mettre en prison grâce aux garanties financières qu’elle avait prises plus tôt, afin de le discréditer auprès des Hulot. Mais sa manœuvre échoue, car Wenceslas est libéré par un de ses nouveaux amis artistes. Bette joue alors l’innocente, et toute la famille se réconcilie dans les larmes.

Comme Hulot a réussi à trouver de l’argent pour faire une dot convenable à sa fille, les jeunes gens peuvent se marier. Le mariage a lieu le jour où Valérie va devenir la maîtresse de Hulot. Il l’a installée dans un nouvel appartement luxueux, tout en demandant à sa femme de déménager dans un appartement plus petit ! Pour arranger sa situation financière, Hulot a envoyé un oncle de sa femme en Algérie pour y gagner de l’argent en faisant des razzias, c’est-à-dire en volant aux habitants leurs ressources agricoles pour les revendre à  prix d’or.

⇑ Sommaire


2. Les événements : la décadence de la famille Hulot

 Chapitres 15 à 17 : bilan, trois ans après

Trois ans après, Valérie est la maîtresse de Hulot, mais aussi de Crevel, et elle a réussi à conserver des apparences de vertu. Bette, devenue sa complice, entretient sa maison et l’aide à s’enrichir aux dépens de ses amants. Pendant ce temps, Adeline, qui ne voit plus jamais son mari, vit dans des conditions de plus en plus déplorables et ne parvient plus à cacher sa situation à ses enfants. Bette intrigue  pour épouser le frère du baron Hulot, un vieux maréchal honorable.

⇑ Sommaire

Chapitres 18 à 20 : un nouvel amour pour Valérie

Cependant, un soir, le baron Montès de Montejanos arrive à l’improviste chez Valérie. Ce Brésilien est un ancien amant de Valérie qui éveille la jalousie de Crevel et de Hulot. Valérie parvient difficilement à les rassurer, et à se faire pardonner par son ancien amant sa situation de femme entretenue. Sur l’ordre de Valérie (qui veut se débarrasser de Hulot pendant un moment), Crevel apprend à Hulot qu’elle le trompe et il l’amène dans l’appartement qu’il a fait arranger pour elle. Les deux vieillards se disputent puis finissent par se réconcilier en se mettant d’accord sur la perversion de Valérie. Pourtant, le lendemain, ils essaient de la reconquérir chacun de son côté… Ils y parviennent, car Valérie a besoin d’eux financièrement.

⇑ Sommaire

Chapitres 21 à 25 : séduction de Wenceslas par Valérie, rupture de Wenceslas et d’Hortense

Le couple de Wenceslas et Hortense, de son côté, ne va pas très bien. Après avoir vécu un grand amour, ils manquent terriblement d’argent car Wenceslas s’est reposé sur ses lauriers et n’a plus travaillé depuis le succès qu’il a rencontré trois ans avant. Même Marneffe, qui rêve de séduire Wenceslas, lui fait dire par Bette qu’elle peut lui prêter de l’argent. Wenceslas se décide à aller la voir, en cachette d’Hortense. Valérie déploie tous ses attraits pour le séduire et y réussit. Mais le lendemain, Hortense apprend qu’il lui a menti et lui fait une grande scène de jalousie : Wenceslas cesse d’aller chez Valérie car il a beaucoup de mal à se faire pardonner par sa femme.

C’est alors que Valérie tombe enceinte et fait croire à Crevel, à Hulot, à Montès et à Wenceslas qu’ils sont le père, flattant leurs orgueils masculins ! Elle écrit à Wenceslas une lettre lui annonçant sa grossesse. Hortense Hulot la découvre et, folle de chagrin, elle part vivre chez sa mère avec son fils.

⇑ Sommaire

Chapitres 26 à 29 : la réputation de Hulot en danger

M. Marneffe faisait semblant, jusqu’alors, de tolérer difficilement la relation de  Hulot avec sa femme (alors qu’en fait, ils avaient décidé d’un commun accord qu’elle le séduirait pour en tirer le plus d’avantages possibles, dans les domaines financier et professionnel). Cependant le crédit politique de Hulot diminue et il ne parvient pas à organiser la promotion de Marneffe : il fait mine de se mettre dans une colère effroyable et interdit à Hulot de revenir voir Valérie.

Il revient donc vivre chez Adeline, qui est folle de bonheur, pendant quinze jours. En fait, il rencontre Valérie pendant la journée, en cachette, dans l’appartement de Crevel. Or un soir, alors qu’ils sont ensemble au lit, ils sont surpris en flagrant délit d’adultère par Marneffe, un juge de paix et un commissaire de police.

Hulot comprend grâce au commissaire que Valérie était la complice de son mari. Sa réputation est en péril, car il est obligé de promouvoir Marneffe pour que l’affaire ne s’ébruite pas, et cette promotion scandaleuse fait du bruit.

De plus, tout va mal pour l’oncle qu’il a envoyé en Algérie, qui demande à Hulot deux cent mille francs : ses manœuvres ont échoué et son honneur est en péril. Adeline, avertie par son mari, songe à se donner à Crevel, qui lui avait offert cette somme trois ans avant. Elle le fait venir, et essaie de le séduire avec une immense maladresse, mais celui-ci résiste et l’humilie : elle n’a pas l’habileté de Valérie. Pourtant son désespoir et sa piété finissent par émouvoir Crevel qui promet de lui procurer les deux cent mille francs. Mais il va chez Valérie avant d’aller à la banque. Celle-ci, en apprenant son projet, fait semblant d’avoir une crise de piété, puis lui dit qu’elle a joué la comédie, afin qu’il croie qu’Adeline aussi lui a menti.

⇑ Sommaire

Chapitres 30 à 31 : mort du maréchal Hulot, disparition du baron Hulot

De toute façon, il est trop tard pour sauver la réputation de la famille : le scandale en Algérie est ébruité. Une scène terrible a lieu entre Hulot et deux maréchaux : son frère, le maréchal Hulot, et le ministre de la guerre, le maréchal Cottin. Ceux-ci, qui sont des hommes d’honneur, montrent à Hulot tout leur mépris, car il a volé l’État et réduit sa femme à la misère. Hulot est contraint à démissionner. Son frère rassemble l’argent nécessaire à rembourser le vol et meurt de honte.

Après une longue maladie, pendant laquelle Adeline le soigne, Hulot quitte sa famille et disparaît. Il va chez Josépha, son ancienne maîtresse, qui le reçoit avec gentillesse, et qui lui propose de s’établir avec une de ses protégées, une jeune fille de seize ans.

⇑ Sommaire


3. Le dénouement

Chapitres 32 à 34 : la vie de la famille après la disparition de Hulot

Des amis politiques rendent à Victorin, le fils Hulot, les deux cent mille francs du maréchal pour lui permettre d’établir sa mère. Pendant près de trois ans, Adeline vit donc avec son fils, sa belle-fille, Célestine Crevel, sa fille Hortense et la cousine Bette. Celle-ci, qui est censée s’occuper de leur ménage, poursuit en fait sa vengeance et continue à mener double jeu en voyant Valérie. Elle est la seule à savoir où se cache le baron Hulot.

Adeline, qui le recherche toujours, va chez son ancienne maîtresse Josépha, pour lui demander où il peut être. Josépha a perdu sa trace depuis six mois, mais, émue par le désespoir et la vertu d’Adeline, elle promet d’essayer de le retrouver. Bette, apprenant la démarche de sa cousine, prévient Hulot et s’arrange pour le faire disparaître dans un autre quartier de Paris.

Pendant ce temps, Victorin Hulot reçoit la visite d’une femme très inquiétante, qui lui propose de le « débarrasser » de Valérie, c’est-à-dire de la tuer. En effet, celle-ci devenue veuve va épouser Crevel, ce qui lésera Céleste, sa femme, de son héritage. Ce sont apparemment des politiques haut placés qui ont envoyé la vieille femme à Victorin. Après des mots de Bette qui blessent Adeline, Victorin se décide à faire tuer Valérie par sa mystérieuse visiteuse, dite Mme Nourrisson.

⇑ Sommaire

Chapitres 35 à 37 : l’organisation de la mort de Valérie

Mme Nourrisson fait organiser chez une courtisane un dîner où se trouve le baron Montès, qui a caché au monde sa liaison avec Valérie. La courtisane fait en sorte que la conversation porte sur Valérie. Montès apprend ainsi qu’elle va épouser Crevel et qu’elle est la maîtresse de Wenceslas. La courtisane l’amène ensuite au lieu de rendez-vous de Wenceslas et de Valérie, et il les surprend dans une position compromettante. La colère du baron éveille les soupçons de Wenceslas, qui revient chez sa femme, après le mariage de Valérie avec Crevel. Montès se venge en contaminant Valérie par une maladie vénérienne du Brésil, inconnue en France.

Valérie et Crevel meurent alors dans d’atroces souffrances, après s’être lentement décomposés. Valérie à l’agonie se repent, tandis que Crevel joue le libre esprit jusqu’au dernier moment.

⇑ Sommaire

Chapitre 38 : épilogue

Adeline, qui est dame de charité, retrouve par hasard Hulot dans un quartier sordide de Paris. Il est installé avec une toute jeune fille, sous un faux nom comme écrivain public. Comme ses dettes sont réglées, il peut revenir au sein de sa famille. Bette, déjà malade, meurt de dépit après ce retour, mais entourée de l’amour de toute la famille Hulot.

Tout semble aller bien, jusqu’au jour où Adeline découvre la liaison de son mari avec une fille de cuisine : elle en meurt de chagrin. Trois jours après, Hulot disparaît à nouveau. Son fils apprend son remariage avec la fille de cuisine…

⇑ Sommaire

−−−−−

[*] On ne doit pas confondre le narrateur avec l’auteur du roman. Le narrateur n’est pas un être réel mais seulement l’instance qui raconte l’histoire au narrataire. Le narrataire est l’image du lecteur à l’intérieur du texte. Le narrateur fait un récit et l’acte de raconter dont il est responsable constitue la narration.


Voir aussi :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s