Anglais – Conseils

Ce qui suit est tiré du rapport LVE Concours Communs Polytechniques 2015.

A – Écrit

L’exercice de synthèse est ancré dans la réalité. C’est un entraînement à un acte de communication utile professionnellement. La personne qui lit la synthèse doit pouvoir se faire une idée claire et précise de la problématique sous-tendue par les divers documents sans avoir eu à les lire. Elle doit pour cela pouvoir être sûre que la personne qui a synthétisé a été objective c’est-à-dire : a fait bien ressortir les points les plus importants sans les déformer, sans apporter de jugement personnel parasite.

C’est ce but qu’il faut se fixer en s’entraînant à cet exercice. Les suggestions des correcteurs sont les suivantes :

Conseils sur la méthodologie de la synthèse

  • Apprendre la méthodologie de la synthèse de documents. Bien connaître sa technique et ses règles.
  • Lire très attentivement les documents pour éviter les erreurs de compréhension et saisir les nuances importantes.
  • Apprendre à faire un tri hiérarchisé des informations contenues dans les documents du corpus.
  • Être très attentif à ne pas déformer les informations.
  • Bien surligner les idées similaires ou opposées avec des couleurs différentes pour pouvoir plus rapidement organiser sa synthèse.
  • Veiller à dégager tous les points clefs (une synthèse n’est pas un résumé).
  • Apprendre à dégager une problématique en tenant compte de tous les documents d’un corpus.
  • Apprendre à construire un argumentaire structuré.
  • Apprendre à résumer sans commenter.
  • Apprendre à « croiser » les éléments contenus dans les documents du corpus.
  • Apprendre à reformuler et à ne pas paraphraser les textes du corpus.
  • Ne choisir le titre qu’après avoir rédigé sa synthèse.
  • S’en tenir aux éléments fournis et ne pas faire appel à des données ou idées qui ne figurent pas dans le corpus.
  • Ne pas donner d’avis personnel.
  • Ne pas ajouter d’informations autres que celles contenues dans le dossier.
  • Veiller à équilibrer le contenu : ne pas développer exagérément une partie au détriment du reste.

Conseils de correction linguistique

  • Bien se relire pour corriger les fautes éventuelles et présenter sa pensée de façon cohérente et dynamique. Respecter les consignes de décompte des mots.
  • Soigner sa présentation, aérer le texte en créant des paragraphes, écrire lisiblement.
  • S’appliquer à écrire un anglais syntaxiquement correct dans un texte articulé par des mots de liaisons convenables et bien utilisés (au lieu de vouloir à tout prix émailler les textes d’expressions toutes faites comme : « there’s no denying », « come what may », « to put it in a nutshell », etc.).
  • Réviser sérieusement les bases grammaticales.
  • Travailler les champs lexicaux par thématiques.
  • Apprendre à mieux connaître les pays anglo-saxons.
  • Lire régulièrement la presse anglo-saxonne pour acquérir du vocabulaire et avoir de meilleures bases culturelles.

La lecture de plusieurs journaux différents fera acquérir l’habitude de voir un même sujet traité sous différents angles d’approche et portant différents éclairages sur le sujet. C’est un bon entraînement à l’épreuve de synthèse.

B – Oral

Pour améliorer le compte-rendu et le commentaire

  • S’entraîner à présenter les idées de façon structurée : prévoir une introduction, une conclusion personnelle et soigner les transitions. Pour cela, apprendre le sens des mots de liaison et les utiliser de façon appropriée. Indiquer le plan du commentaire et le suivre.
  • Essayer de faire un commentaire du titre s’il y a lieu.
  • Éviter le ramassis de clichés, la liste de lieux communs et exprimer un point de vue personnel.
  • Faire preuve d’esprit critique dans l’expression des idées et justifier ce que l’on avance.
  • Renforcer ses connaissances linguistiques afin de produire une argumentation structurée, cohérente et pertinente.

La passivité n’a pas lieu d’être lorsqu’on passe de telles épreuves. À ce niveau d’études, il faut engranger un maximum de culture générale et être capable de les mobiliser à bon escient.

Pour améliorer le niveau de communication

  • Essayer de communiquer avec conviction (intonation à travailler). Dans le métier d’ingénieur, où l’on est souvent amené à diriger des équipes, les qualités de communication sont fondamentales. Il faut prendre confiance en soi, s’habituer à regarder son interlocuteur, à communiquer de manière fluide et à maîtriser son stress.
  • Montrer de l’intérêt pour l’épreuve. Ne surtout pas utiliser l’argument selon lequel le sujet n’est pas intéressant.
  • S’entraîner à acquérir plus d’autonomie langagière et à dépasser les dix minutes de temps de parole.
  • Ne rédiger que l’introduction, les transitions ainsi que la conclusion qui doit viser à laisser une bonne impression et prendre de la hauteur par rapport au sujet traité. La rédaction exhaustive des notes entrave l’expression : ne noter que les idées principales, la parole en sera libérée.
  • De l’entrain ! Les prestations vivantes et dynamiques sont encore trop rares ! Proscrire les « euh » tous les 3 mots !

Pour améliorer le niveau lexical

  • L’acquisition d’un vocabulaire précis est primordial. Faire des fiches sur le vocabulaire des grands thèmes d’actualité.
  • Afin de montrer un minimum de culture générale, faire des fiches sur les éléments de civilisation principaux des pays anglophones.
  • S’assurer d’une assimilation solide du vocabulaire de base afin d’éviter les confusions « say »/« tell », « teach»/« learn », « manage »/« arrive », au lieu d’apprendre des listes d’expressions sophistiquées pour en émailler son discours de façon totalement artificielle et hors contexte.
  • S’assurer de pouvoir parler de ses projets professionnels.
  • Lire la presse et des documents sur des sujets d’actualité.

Pour améliorer le niveau de langue orale

S’exposer à la langue autant que possible

  • Écouter les nombreux podcasts disponibles quotidiennement sur Internet (site du NYT, ou BBC online et American Marketplace) qui permettent d’écouter la radio en langue anglaise tout en fournissant le script des émissions.
  • Voir des films en VO, écouter la radio.
  • Travailler la compréhension et l’expression des chiffres, très important pour un scientifique.
  • S’exercer à prendre la parole en continu, à haute et intelligible voix, en contrôlant son débit.

Enfin : faire un travail de fond, systématique sur la prononciation des mots, la précision des phonèmes, le rythme, l’accentuation et l’intonation !