Augustin, Proust, Bergson, Merleau-Ponty Réponse

Source : Université Thomiste

La temporalité du moi : Augustin, Proust, Bergson, Merleau-Ponty

par Vivien Hoch, 2009

Que le traitement philosophique de la question du temps ait toujours tendu vers une certaine aporie, cela ne présume pas de son inaccessibilité totale. […].

C’est du moins le constat de Martin Heidegger, au début du XXème siècle, sur lequel la réflexion d’aujourd’hui ne peut plus faire l’impasse. La métaphysique dans son entièreté doit être repensée sous la catégorie du temps ; […] Significatif aussi, qu’à la même époque, Bergson tentait de refondre une métaphysique sur le temps, et faisait de ce dernier, comme durée, une condition d’accès à la dimension spirituelle de l’être humain.

Lire l’article


Pages connexes :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s